Rechercher
  • ADEB37

La taxonomie (liste des investissements durables) de l'UE

Par Maxence Cordier (Ingénieur dans le secteur de l'énergie) Twitter @maxcordiez

Article du 16 avril 2021 paru sur Twitter

https://twitter.com/maxcordiez/status/1382993554621014021


Dans le cadre de la « #taxonomie » (liste des investissements « durables »), la Commission Européenne @EU_Commission a mandaté il y a quelques mois son centre commun de recherche (CCR, ou JRC au Royaume uni @EU_ScienceHub) pour étudier l'empreinte environnementale de l'énergie nucléaire.

En effet, le premier groupe d'experts (TEG) qui avait planché sur la taxonomie en général s'était déclaré incompétent pour trancher la question de l'empreinte environnementale du nucléaire, au-delà de sa faible intensité carbone.

Le CCR a rendu son rapport (387 pages) il y a quelques jours et celui-ci conclut à une empreinte non supérieure à celle des énergies renouvelables.

https://ec.europa.eu/info/file/210329-jrc-report-nuclear-energy-assessment_en

« The analyses did not reveal any science-based evidence that nuclear energy does more harm to human health or to the environment than other electricity production technologies already included in the Taxonomy as activities supporting climate change mitigation. » (page 7)


Sur certains critères, le nucléaire présente même des meilleurs résultats (émissions de SO2 et NOX, emprise au sol et contribution à l'acidification et eutrophisation des eaux).

Ce rapport doit être revu par deux autres groupes d'experts (article 31 d'Euratom et "SCHEER", un groupe sur l'environnement, la santé et les risques émergents), avant que la Commission n'envisage d'inclure l'énergie nucléaire à la « taxonomie ».

Enfin ça c'est ce qui était prévu initialement. Visiblement la Commission n'a pas l'air de trouver les conclusions du CCR à son goût (c'est le problème avec les rapports scientifiques, on n'en choisit pas les conclusions).

Dans un document fuité, la Commission explique qu'elle envisage de laisser trancher ce sujet pourtant purement technique par le Conseil et le Parlement européens (institutions politiques) à l'automne via une proposition législative.

https://www.euractiv.com/section/energy-environment/news/leak-eu-to-table-climate-taxonomy-leaving-gas-and-nuclear-for-later/

Cela pour "permettre un débat transparent" selon les mots de la Commission. Traduction : trancher ce sujet technique au bras de fer politique plutôt que sur la base d'éléments techniques (car en termes de transparence, le rapport du CCR est déjà public).

Pour prendre une analogie, c'est un peu comme si on transférait au politique la décision d'autoriser ou non la mise sur le marché d'un médicament (ce qui est une décision technique, pas politique).

Rappelons que la taxonomie ne dit pas ce que le privé / les Etats doivent financer mais quels sont les investissements "durables" ou non sur le plan environnemental. Ça ne remet pas du tout en cause le droit des États ne voulant pas de nucléaire à ne pas en avoir.


Si l'Union européenne veut que sa "taxonomie" soit crédible, il va falloir être beaucoup plus rigoureux que ça...

Dispenser les EnR d'analyses de cycle de vie, demander en même temps une triple analyse du nucléaire pour finalement suggérer de trancher la question au rapport de force politique n'est pas très sérieux.

Si cette classification censée être technique s'avère finalement être une classification arbitraire définie à coups de rapports de force politiques, elle sera attaquable et supplantée par une autre taxonomie (probablement américaine).

Le pouvoir normatif de l'Union européenne sur la scène internationale se joue aussi à la crédibilité de ses réglementations. Si celles-ci manquent de cohérence et confondent les arbitrages techniques et politiques, leur portée risque d'être limitée et c'est normal.



32 vues0 commentaire