La Chapelle Notre-Dame et Sainte-Victoire à Bossée

(références article : Bulletin de la société archéologique de Touraine- 2001- auteur Frantz Schoenstein)

Le registre de la fabrique de Bossée, conservé dans la sacristie de l'église paroissiale, comporte la mention suivante: "L'an 1867, le douzième jour du mois de juillet, en vertu d'une permission de Monseigneur l'archevêque de Tours, la chapelle du cimetière, propriété de Madame veuve Jean Raguin, de la Petite Bénauderie, achevée l'année dernière, a été bénie par Monsieur Brette, curé de Sepmes, sous le patronage de la sainte Vierge et de sainte Victoire".

Ne manque à cet "acte de baptême" que l'identité du maître d'oeuvre, qu'on pense, compte tenu de la qualité du bâtiment, pouvoir considérer comme l'un des principaux architectes de l'école néogothique en Indre et Loire.

Mais c'est sans doute une des plaques commémoratives conservées à l'intérieur de la chapelle qui apporte les renseignements les plus émouvants: "Ici repose le corps de Victoire Raguin, décédée à Bossée le 2 octobre 1839 à l'âge de 7 ans. Ô ma fille bien-aimée, ange du ciel, mort dans l'innocence, prie pour nous dans l'éternité. Tu ne seras jamais oubliée de ta chère mère et de tes chers frères. Adieu bel ange, garde-nous une place près de toi".

C'est donc à une enfant morte que la chapelle doit sa titulature si peu fréquente.

chapelle ste Victoire Bossée
chapelle ste Victoire Bossée

La chapelle est entourée d'une grille de fer forgé, d'un mètre de hauteur; l'espace compris entre cette grille et la chapelle est dallé de petits carreaux blancs.Les quatre angles de cet édifice rectangulaire en pierres de taille, de dimensions modestes, dont le chevet est tourné vers le nord, sont étayés de quatre beaux contreforts gothiques amortis à mi-hauteur d'un glacis. Leur partie supérieure est creusée d'un arc trilobé.Les pinacles qui les surmontaient à l'origine ont disparu, ne laissant que des goujons de fixation. La couverture est composée de plaques de pierre, dont plusieurs, manquantes, ont été remplacées par des tôles. La pointe de chacun des pignons devait être sommée d'une croix aux extrémités trilobées; seule celle du nord demeure en place, l'existence passée de la croix méridionale n'étant également rappelée que par un goujon métallique. Les rampants des deux pignons sont décorés de sculptures végétales.

chapelle ste Victoire Bossée
chapelle ste Victoire Bossée
chapelle ste Victoire Bossée

La façade-pignon méridionale comporte en son sommet, inscrite dans un quadrilobe, une plaque de marbre noir gravée des mots "FAMILLE RAGUIN 1866". Elle surmonte une porte dont l'arc brisé est occupé par un remplage. Cet arc est coiffé d'un gâble sculpté de motifs végétaux, encadré de deux pinacles reposant sur des culots également sculptés. Le culot de droite représente un angelot au visage triste, portant un phylactère sur lequel peuvent encore se lire les mots "Doux Jésus". Cette petite sculpture, quoique de belle facture et d'une grande finesse, est très menacée, le calcaire étant partiellement pulvérulent.

Le culot de gauche, qui devait comporter une figure symétrique, a d'ailleurs déjà été presque totalement rongé par le temps et les éléments: il ne demeure de l'angelot que l'extrémité d'une aile.

Les murs latéraux sont pleins et nus; le chevet, au nord, est percé d'une élégante baie en arc brisé à remplage, comprenant deux lancettes trilobées.

chapelle ste Victoire Bossée
chapelle ste Victoire Bossée
chapelle ste Victoire Bossée

On accède à l'intérieur du bâtiment par une porte de fer grillagée, puis par une seconde porte métallique pleine marquée des initiales "FR" poinçonnées et sur l'intérieur de laquelle est peinte l'inquiétante formule suivante: "Ici est le sommeil de la mort. Aujourd'hui c'est mon jour. Demain sera le tien".

La salle unique est voûtée d'ogives, retombant aux quatre angles sur des colonnes, et dont la clef sculptée de motifs végétaux et peinte comporte, dans un écu rouge, les lettres dorées IHS.

chapelle ste Victoire Bossée
chapelle ste Victoire Bossée

L'ensemble de la voûte et des murs est décoré de peintures, que deux cartouches, au dessus de la porte, attribuent à "E.SUBERT D (1873)" et à "Subert frères (Obre 1909)". Étonnamment fraîches par endroits, ces peintures sont à d'autres places extrêmement dégradées.

Le fond de la chapelle est occupé par une table d'autel de pierre, portée par trois colonnes polygonales peintes en noir, surmontées de chapiteaux sculptés de motifs végétaux. Cette table d'autel supporte un faux tabernacle décoratif à deux gradins. La fausse porte est ornée d'un ciboire sculpté et doré, dont émerge une hostie. Une corniche ornée de trilobes est surmontée d'un dôme en écailles. Ce dôme est lui-même coiffé d'une croix de bois. Sur les murs, des médaillons, des globes vitrés et un panneau de bois peint rappellent la fonction sépulcrale de la chapelle. Les remplages qui surmontent la porte et garnissent la baie du chevet sont garnis de vitraux colorés, aux motifs géométriques très simples, dont quatre petits éléments sont manquants. Le meneau central de la fenêtre est très endommagé.

chapelle ste Victoire Bossée
chapelle ste Victoire Bossée
chapelle ste Victoire Bossée
chapelle ste Victoire Bossée

Entourée de belles tombes anciennes du cimetière, dont la plus imposante, face à la chapelle, est celle d'une autre branche de la famille Raguin, avec en arrière-plan le clocher classé de l'église romane de Bossée, la chapelle Notre-Dame et Sainte-Victoire a encore belle allure. La richesse et la qualité de sa décoration dénotent chez ses constructeurs une évidente volonté ostentatoire, et le souhait de rappeler, en faisant de leur tombeau un lieu de dévotion publique, leur souvenir à leurs concitoyens. Pour ce faire, ils ont eu recours à un architecte habile, probablement réputé à l'époque, et dont les archives notariales nous apprendront peut-être un jour le nom?

Tombe Raguin à Bossée
chapelle ste Victoire Bossée

Si aucune mesure n'est prise rapidement, ce nom pourrait toutefois n'être connu qu'après l'anéantissement de l'oeuvre elle-même! À l'heure actuelle, la restauration complète de la chapelle ne serait probablement pas très coûteuse. À qui incombe-t-elle? Reste-t-il, à Bossée, des descendants de cette branche de la famille Raguin à qui cette chapelle appartiendrait encore? Est-ce au contraire, faute de descendants survivants, à la commune de prendre en charge l'indispensable remise en état de ce petit bâtiment? L'intérêt de cette chapelle, et son état préoccupant, justifieraient en tout cas amplement une restauration rapide.

Association de Défense de l'Environnement du Besland: Le Besland est le nom d'un lieu-dit à Bossée, ancien site gallo-romain et source de légendes. Il est témoin de notre patrimoine à travers les siècles.

Partagez vos idées!

Email : asso.deb37@gmail.com

​​​

© 2018 by ADEB37 Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icône
  • Twitter Clean Grey
  • LinkedIn Clean Grey